Conférence : le commerce antique en méditerranée occidentale


26 novembre 2019 - 1285 vues

Conférence sur le commerce antique dans la baie de Port Vendres

Dans le cadre d'Histoire d'automne et de son cycle culturel, l'équipe de Sainte Marie TV s'est rendue le jeudi 21 novembre salle Pabirans au village, pour assister à une conférence sur le commerce maritime antique en baie de Port Vendres. Cette conférence était animée par Georges Castellvi, bien connu dans la région en tant que professeur des écoles et docteur en histoire des civilisations, chargé de cours à l'université de Perpignan-Via Domitia. C'est un public passionné et curieux, quant à l'histoire du commerce maritime en baie de Port Vendres, qui était réuni dans la salle Pabirans de Sainte Marie la mer.

76747465_1492855080878660_2081713890378383360_n.jpg (268 KB)

Georges Castellvi a animé durant des années le chantier de fouilles de port Vendres 9/Redoute Béar consacré aux naufrages antiques. Il est aujourd'hui président de l'Association Archéologique de Perpignan (AAPO) fondée en 1982 et qui édite Archéo 66, le bulletin annuel des chantiers archéologiques en cours dans notre belle région.

À la découverte de la baie de Port Vendres 

Entre le Ier siècle avant J.-C. et le Ve siècle après J.-C, de nombreux bateaux de commerce ont vogué entre Narbonne et la province hispanique de Tarraconaise. La configuration des fonds marins alliée aux vents et courants ont fait échouer en baie de Port Vendres, une quinzaine de bateaux qui nous restituent leurs précieux chargements :

  • amphores ;
  • verrerie d'Égypte ;
  • figurines ;
  • vaisselle fine ;
  • etc.

Des plongées régulières ont permis de remonter à la surface nombre de ces objets qui nous en disent long sur les flux commerciaux de l'antiquité romaine. Georges Castellvi accompagné d'une équipe de plongeurs et archéologues ont donc entrepris un long voyage dans le temps et partagent aujourd'hui les fruits de leurs découvertes. 

Que trouve-t'on dans ces amphores ?

Les amphores transportaient principalement du vin et de l'huile : vin d'Italie, de Gaule, de Catalogne, mais aussi du Proche-Orient. Fabriquées en argile locale, les amphores étaient ensuite cuites et cirées pour les rendre étanches. Certaines amphores émaillées ou richement décorées ont été également retrouvées dans les cales des bateaux naufragés. Une amphore n'était jamais réutilisée pour un second transport de liquide. Elle finissait généralement réemployée en maçonnerie. 

74908776_557354338385486_5550929545688776704_n.jpg (104 KB)

Les amphores de la baie de port Vendres nous indiquent, par une inscription gravée sur l'extérieur, ce qu'elles transportaient. Des analyses modernes ont permis également de connaître le lieu de leur fabrication de par la composition de la terre employée. 

ARESMAR, l'association pour les recherches sous-marines en Roussillon

L'association contribue à partager cet héritage avec le plus grand nombre. Forte du soutien des municipalités de Perpignan, Colliooure et Port Vendres, l'association organise des fouilles menées sous le contrôle scientifique du Ministère de la Culture. Avec ses 60 membres passionnés, nul doute que les fonds marins ont encore bien des secrets à partager.

Pour en savoir plus : https://www.aresmar.fr/

V.A-L - Crédit photo Sainte Marie TV

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article